Accueil MajorRouen Écrireclair.net, faut voir…

Écrireclair.net, faut voir…

0
1
62

Temps de lecture 1mn 30.

Y en a un de rouennais qui fait son chemin. Un rouennais faut voir, c’est quand même un horsain né quasiment à la capitale mais vu qu’il a posé ses barboteuses à Rouen à l’âge de 5 ans, et que depuis il y a été actif, on passe l’éponge.

Sébastien Bailly? Je l’ai connu lorsqu’il drivait Grand-Rouen (il avait déjà de la bouteille journalistique), un site d’info et d’expression qui avait été en partie créé pour descendre Albertini, le maire de l’époque, et faire élite V. Fourneyron, l’ancienne larmoyeuse maire, aux commande de Rouen. C’est sur ce site que j’ai fait ma première publication de la place de la cathé transformée en Disneyland.

Depuis il a sévit, entres autres, à Paris-Normandie à l’époque de cet affreux interface du journal dont il était un des fabricants. Et puis j’ai eu des échos, tiens Bailly sort un bouquin aux sujet quasi immuable, LES MOTS. Tiens Bailly est en promo car on reçoit des mails, et puis et puis.

Et puis voilà sa dernière création, le site Écrire.net qui est lieu de formation à l’écriture. Et là en regardant la page d’accueil, la lisant j’ai comme un truc qui accroche, dans le mauvais sens. En effet, on lit les titres, les diplômes, les fonctions occupées, et l’on s’attend au bout de la phrase à lire le nom d’un humain. Mais non, la suite directe c’est la liste des modules d’apprentissages du site.

https://www.ecrireclair.net/

s bailly

Il y a bien la photo de Sébastien devant A. Dumas (Flaubert m’écrit Sébastien), si je ne me trompe, mais nul part on y trouve son nom écrit (du moins sur cette page, – bon après j’ai scrollé et j’ai vu son nom et plus même). Mais la première impression reste et de là à penser que S. Bailly n’est plus qu’une grosse carte web de X kilos et que les IA ont finit par le dévorer il n’y a qu’un clic à faire. Mais vous savez, il a un coté zin-zin.  Y a des histoires qui circulent sur lui. On raconte qu’il exige de sa femme un menu imprimé pour chaque repas du soir et qu’à la fin de celui-ci il met 2 notes : 1 pour le repas et la deuxième pour la qualité rédactionnelle du menu. D’autres racontent qu’il interdisait le Monopoly à ses enfants parce que le langage du jeu était trop pauvre et que si ces derniers faisaient des bêtises ils devaient faire les mots croisés du Monde pour avoir à manger.On dit, on dit…

Mais bref, ça reste un chouette gars, compétant, efficace, clair, constant et qui fait du bien à Rouen.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par playwithcathedrale
Charger d'autres écrits dans MajorRouen

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Climbing cathédrale.