Accueil MajorRouen Et sinon à part les cathés vous faites quoi dans la vie? : « Je trahis! »

Et sinon à part les cathés vous faites quoi dans la vie? : « Je trahis! »

Commentaires fermés

traitre ok

Connaissez-vous ou avez vous déjà entendu parler de l’Échiquier de Machiavel? Non? Mais peut-être aimez-vous les jeux de plateaux qui se jouent dans le réel, en vrai, avec des vrais gens et des vraies pièces de jeu à bouger? Si oui vous pouvez peut-être continuer la lecture de ce qui suit, sinon ben retour à vos écrans et manettes (j’ai rien contre hein, ne vous méprenez pas). D’ailleurs pour être précis, complet et honnête, il me semble avoir aperçu la possibilité de jouer en ligne à ce jeu dont je vais vous parler.

Le plateau

1200px-Djambi_tablier4.svg

*

Les pièces

pièces gambit_PWC_032021_PFblog

 Le but de ce jeu est simple : prendre le pouvoir, c’est à dire amener votre chef sur la case centrale du pouvoir… et y rester, ce qui n’est pas toujours aisé. Chaque joueur (4, mais 3 possible, les pièces sans joueur devenant propriété des 3 joueurs; mais c’est moins drôle), joue à son tour en faisant effectuer un déplacement à la pièce de son choix. On ne peut pas passer par-dessus une autre pièce. Les pièces n’ont pas toutes le même mode de déplacement, en voici le détail avec des pièces tueuses et d’autres pas. Le plateau est petit, on est vite les uns dans/sur les autres.

Mais avant, sachez que ce jeu permet la parlote, la parlote secrète – 2 joueurs s’isolent pour négocier ou conclure un accord -, les faux accords, la rupture d’accord à tous moments, la trahison, le bluff, l’embrouille, le pousse-au-crime, le sacrifice d’une pièce pour servir un accord (que l’autre n’est pas tenu de respecter s’il veut, vous êtes marron), etc, c’est open à votre imagination machiavélique et tordue. Et enfin pour finir, chose très important, toute pièce tuée sera retournée, deviendra un cadavre et ne pourra être déplacée que par la pièce appelée Nécromobile.

- Le chef se déplace comme la reine aux échecs, en tout sens sans limite du nombre de cases. Il tue en prenant la place de la pièce tuée et envoie son cadavre où il veut sur le plateau (de préférence sur la diagonale chef/case du pouvoir d’un autre joueur).

- Les 4 militants se déplacent en tous sens mais leurs déplacements sont limités à 2 cases maximum. Ils tuent comme le chef. Ce sont eux qui essuient les premiers coups, meurent très vite et quand ils ne meurent pas ils servent de remparts. La vie d’un militant quoi!

- Le diplomate se déplace comme le chef, il ne tue pas, il prend la place d’une pièce adverse et envoie cette pièce vivante à l’endroit qu’il lui plaît sur l’échiquier. Là, bon nombre de scénarios sont possibles : une de vos pièce est capturée et envoyée ailleurs > vous voilà à négocier sur deux fronts > avec le propriétaire du diplomate qui du coup est peut-être chez vous puisqu’il a capturé une pièce et peut continuer si vous n’y mettez pas le holà, et avec le joueur du camp où a  été déposé une de vos pièces qu’il peut tuer gratuitement ou si vous jouez avant lui c’est vous qui pouvez tuer une de ses pièces (son chef de préférence mais gare aux représailles car un joueur sans chef devient élément incontrôlable dont le but est que personne n’arrive au pouvoir). On comprendra vite que le diplomate est un fouteur de merde mais c’est aussi une pièce très drôle qui engendre des mic-macs infernaux (comme, je me sers de mon diplomate pour envoyer un autre diplomate dans un camp adverse ou celui-ci pourra à son tour – ou pas – capturer une pièce qu’il mettra chez vous par vengeance par exemple). Un diplomate peut capturer une nécromobile adverse et la mettre chez lui pour exercer un chantage… Petit ajout à cette longue présentation, le diplomate ne peut pas envoyer un chef sur la case du pouvoir, c’est  interdit, ce serait trop facile.

- Le reporter ne se déplace qu’horizontalement et verticalement sans limite du nombre de cases. Il ne tue pas directement, mais en se plaçant sur une case contigüe d’une pièce adverse il peut soit ne rien faire soit ordonner le suicide de la pièce adverse, par scandale car il est la presse. La pièce tuée est retournée sur place et devient cadavre. Là encore son déplacement et son choix de stratégie peuvent faire l’objet d’âpres négociations multi-joueurs avant ou après déplacement.

- L’assassin se déplace comme le chef et bien sur il tue. Mais sa fonction de tueur est réglementée. A savoir que comme tout assassin celui-ci laisse des traces, qu’il prendra la place de la pièce qu’il tue, le cadavre de celle-ci étant placée sur la case de départ de l’assassin.

- La Nécromobile, ne tue pas. Pièce éminemment importante puisqu’elle déplace les cadavres qui s’accumulent vite et obstruent les passages. Elle se déplace en tous sens sans limite. Elle est aussi vitale si votre chef est au pouvoir car elle se servira des cadavres pour parer aux attaques en bouchant diagonales et accès ou construire des murs. Perdre sa nécromobile c’est 98% de probabilité de perdre la partie

Que se passe t-il lorsque votre chef est au pouvoir? Et bien une chose très importante : vous n’attendez plus votre tour pour jouer mais vous jouez après chaque joueur! Le pouvoir est là et c’est à vous de bien calculer vos coups pour empêcher les autres joueurs, qui du coup sont ligués contre vous pour vous dégommer. L’alliance de votre nouveau pouvoir, de votre nécromobile et de vos éventuelles pièces restantes doit normalement vous assurer  de rester en place. Une fois au pouvoir votre rôle est de tuer tout ce qui bouge!

Si le chef est tué, son cadavre ne reste pas sur la case du pouvoir mais est envoyé quelque part sur le plateau. La pièce qui tue le chef ne reste pas sur la case du pouvoir, sauf si c’est un autre chef, et doit en ressortir dans le même tour pour se placer où elle veut. La partie est gagnée pour un chef au pouvoir quand d’évidence plus rien ne peut le tuer (quasiment plus de pièces adverses, mur de cadavres autour de la case du pouvoir les autres joueurs ayant perdu leur nécromobile, etc). J’ai vu de tout dans le genre fin de partie curieuse, comme ce joueur à qui il ne reste plus que la nécromobile (un miracle!) s’alliant à un chef au pouvoir pour continuer la partie et/ou faire chier d’autres joueurs qui lui ont fait des misères précédemment.

Vous remarquerez sur le plateau en début d’article que la nécromobile est à la pointe du carré et qu’ainsi elle se trouve très exposée. Votre première tâche sera de la rentrer dans votre camps pour la protéger.

Sinon j’ai vécu des parties épiques, comme perdre ma nécromobile d’entrée sur un accès de confiance que finalement je n’avais pas, vu des big engueulades, un couple amoureux qui repart séparément suite à quelques coups fourrés. Les joueurs ont diverses attitudes, les personnalités se révèlent, silencieux mais vicieux, fouteur de boxon, tête brulée qui perd ses pièces en quelques tours à peine et qui fait chier le reste de la partie, ceux qui avant de jouer redemande à chaque fois comment la pièce se déplace, les enjôleurs, les calculateurs, ceux qui n’ose rien et reste confiné dans leur carré de pièces, les « je veux pas de conflits » et les enfoirés de première qui vous entube direct. J’ai moi-même été un sacré enfoiré pas mal de fois, il faut d’ailleurs l’être pour gagner à ce jeu. Pour jouer à Machiavel il faut du temps devant soi, des trucs à boire et à manger, ménager des pauses pour faire retomber une pression devenue trop forte ou calmer des joueurs et de bons fauteuils…

Je pense n’avoir rien oublié sinon je reviendrais compléter. Si jamais cet article vous a donné envie d’essayer sachez que les 4 bandes colorées ci-dessous sont réglées pour être au bon format sur un A4 et une fois passées dans votre imprimante il ne vous restera qu’à faire un plateau sur papier. 3 coups de règles, un stylo et hop c’est fini et ça peut commencer. Avouez que dans le genre rapport qualité/prix on peut difficilement faire mieux.

pièces gambit_PWC_032021bleu

pièces gambit_PWC_032021jaune

pièces gambit_PWC_032021rouge

pièces gambit_PWC_032021vert

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par playwithcathedrale
Charger d'autres écrits dans MajorRouen
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

La Cathédrale, Saint Pétersbourg et la Néva – Avec le précieux concours de Félix Vallotton (1865-1925).